Et si Youtube était responsable de la crise du disque ?

Casque_JeuneFemmeOk, le téléchargement illégal a impacté l’économie de la musique, mais on sait aujourd’hui que ses effets négatifs sont limités et contribuent aussi à produire des « externalités positives » (Bourreau & Labarthe-Piol, 2004, 2006 ; Giblin 2012, Curien & Moreau 2005, etc.). Ok, les plateformes de musique en streaming légales telles que Deezer et Youtbe peinent non seulement à trouver un public de masse (« seulement » 15 millions d’abonnés chacun, dont il faut compter pour Deezer par exemple tous les abonnés d’Orange, pour Spotify les abonnés d’SFR qui ne se servent pas nécessairement de leur appli Deezer gratuite, parce qu’ils ne savent parfois tout simplement pas que le partenariat existe), mais en plus ne rétribuent pas justement les artistes, avec des pourcentages proches de zéro (en l’occurrence 0,001 % ; c’est un petit peu le « Pi » de l’industrie du disque qui n’est plus une vache à lait depuis longtemps 😉 ).

Alors on dit que l’on est passé d’une société de données, où l’on possédait des Cd, à une société de service, où les biens ne nous appartiennent plus depuis qu’ils sont dématérialisés, mais sont en plus ou moins libre consultation. Les industriels se plaignent de la jeune génération qui n’investit ni dans l’achat physique, ni dans l’abonnement streaming. Mais pourquoi le feraient-ils ? Aujourd’hui la 3G et Youtube sont les principaux acteurs d’un service qui est tellement accessible partout et tout le temps, que ça en finirait presque par prendre l’apparence d’un bien. Ben oui après tout, comment ça s’appelle un service auquel on a accès partout et tout le temps, sinon un bien ?

En somme, bien plus que le téléchargement illégal, le streaming gratuit et légal et quelques innovations technologiques (téléphones portables + 3G) sont venus éclater les notions mêmes du bien et du « posséder » pour les confondre tout à fait. Et ça, c’est les jeunes qui en sont responsables ? Ce n’est en tout cas pas eux qu’on retrouve dans les conseils d’administration ou en tant qu’actionnaires, des grandes firmes technologiques et médiaculturelles. J’en connais qui à force de creuser leur propre tombe, vont finir « 4G raidi ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s