Pourquoi préférer l’influence à l’audience ?

photo_1359377004La notoriété est devenue la nouvelle jauge des espaces numériques. Comment l’appréhender sans en faire l’unité de base des milieux culturels ?

Un article de Jean-Samuel Beuscart et Thomas Couronné nous éclaire sur la définition de cette notion, qui ne se voit pas tout à fait renouvelée depuis l’apparition du numérique.

Qu’apprend-on ? Tout d’abord que sur les plateformes de partage de musique telles que Myspace (on peut en faire l’extension à Deezer, Facebook ou Youtube), la règle du 80-20 (20 % des artistes concentrent 80 % des vues) y est bien respectée (ouf ?!). Pire ! Dans certains cas, le rapport monte jusqu’à 90-10. Pour cause ? L’exposition différentielle et l’effets cumulatifs : « les plus exposés sont plus consultés, donc plus exposés »…

Pour résumé, ces plateformes de mise en visibilité des amateurs ne contribuent pas à un accès à la notoriété, sauf rares exceptions. Mais ce sont pourtant ces exceptions singulières, qui font preuve d’exemplarité, et laissent rêveurs tout nouveaux artistes à mal d’adulation. Non, les plateformes collaboratives n’ont en rien modifiées les hiérarchies entre les artistes connus et reconnus et les artistes tentant de se faire connaître. Cette étude laisse à penser même, que ces plateformes ont creuser l’écart de visibilité entre ces deux catégories d’artistes.

Cela dit, tout n’est pas perdu pour les artistes de seconde zone médiatique. Beuscart et Couronné ont démontré comment la notoriété pouvait se découpler entre l’audience d’un côté, accaparée par les stars, et l’influence, qui elle sera l’apanage et la grande force des artistes plus indépendants. En effet, à l’heure où Youtube sucre des vues à Lady Gaga ou Universal – Mon dieu, que vont-ils faire sans ces miettes quantitatives ? -, il reste encore l’influence des réseaux de recommandation.

Amis artistes, si vous n’êtes pas Lady Gaga, continuez de communiquer intelligemment sur les réseaux, cela fera de vous au moins des personnes d’influence sur les scènes locales voire nationales que vous foulez depuis des années.

———————————————————

Jean-Samuel BEUSCART et Thomas COURONNE, « La distribution de la notoriété artistique en ligne. Une analyse quantitative de MySpace (enquête) », Terrains et Travaux, 2009/1 (n° 15), pp. 147-170.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s